Actualité

Mercredi 11 Juillet 2018 à 01:20

Une délégation de vingt personnes est partie pour la Bolivie pour participer au 5e Congrès missionnaire de l’Amérique qui aura lieu du 10 au 14 juillet, dans la ville de Santa Cruz de la Sierra.

La délégation officielle des Œuvres pontificales missionnaires (OPM) au Canada francophone est menée par le père Yoland Ouellet, o.m.i., directeur national des OPM, dont ce sera le premier congrès missionnaire. « J’ai hâte de vivre cette expérience qui va sûrement nous apporter beaucoup en tant qu’Église canadienne », a-t-il déclaré avant son départ. La participation de deux évêques, Mgr Gilles Lemay (diocèse d’Amos) et Mgr Vincent Nguyen (archidiocèse de Toronto) est notable. Ce dernier fait partie d’une délégation de dix personnes pour les OPM au Canada anglophone.

« Quelque 10 diocèses du Canada seront représentés, a ajouté le père Ouellet. Notre délégation fait partie des 3000 missionnaires de tout le continent américain qui seront présents en Bolivie. Nous comptons donc échanger avec les autres délégations sur nos défis respectifs et communs, ce qui nous permettra d’apprendre davantage sur la façon de faire mission. »

Organisé tous les quatre ans par les OPM et l’épiscopat du pays hôte, le Congrès missionnaire de 2018 porte sur le thème « La joie de l’Évangile : cœur de la mission prophétique, source de réconciliation et de communion ». Ce thème comporte les éléments présentés et étudiés lors des deux symposiums préparatoires, l’un en 2015 à Porto-Rico et l’autre en 2016 en Uruguay.

« Le slogan que nous allons tous scander à Santa Cruz est "Amérique en mission, l’Évangile est joie!", rappelle le père Ouellet. Notre Église a tant de joie à recevoir, mais combien plus de joie à apporter. Ce Congrès sera une chance pour nous d’apprendre à le faire! »

L'objectif du Congrès missionnaire de l’Amérique est triple : rassembler des personnes de l’Amérique engagées dans la Mission; apprendre et discuter à propos des défis à caractère missionnaire et en partager les expériences; et célébrer la Mission.

Ajouter un commentaire
Vendredi 29 Juin 2018 à 12:10

LES ŒUVRES PONTIFICALES MISSIONNAIRES

APPORTENT DES PISTES POUR L’AVENIR DE L’ÉGLISE MISSIONNAIRE

DANS LA DYNAMIQUE DU MOIS MISSIONNAIRE EXTRAORDINAIRE DÉCRÉTÉ PAR LE PAPE

 

Montréal, le 27 juin 2018 – L’Église catholique s’apprête à intensifier son appel au travail missionnaire auprès de ses fidèles du monde entier, dont 14 millions ici au Canada, suite au décret officiel du pape François annonçant la tenue d’un mois missionnaire extraordinaire en 2019. Cette action demandera un engagement considérable, beaucoup de créativité et de prière, selon les autorités vaticanes. C’est l’un des sujets majeurs avancés lors de l’Assemblée générale annuelle des Œuvres pontificales missionnaires à Rome, du 28 mai au 2 juin derniers. Le père Yoland Ouellet, o.m.i., directeur national des Œuvres pontificales missionnaires au Canada francophone – l’un des 116 délégués représentant 120 pays du monde – y a d'ailleurs participé.

« Le Saint-Père nous demande d’aider tous les baptisés à raviver leur sens de la Mission, affirme le père Ouellet. Si nous sommes dotés du zèle missionnaire, nous saurons trouver les meilleurs moyens possibles de l’exprimer, nous dit François. »

Le Vatican a mandaté les OPM pour mettre en marche, dès cette année, la préparation du Mois missionnaire extraordinaire dans toutes les Églises locales, un cheminement qui culminera au mois d’octobre 2019. Les diocèses du monde entier sont appelés à étudier en profondeur le rôle de la Mission et l’appel à vivre cet engagement.

Lors de l'audience qu'il a accordée aux directeurs nationaux des OPM, le Pape a déclaré: « Je vous encourage vivement à vivre cette phase de préparation comme une importante opportunité de renouveler l’engagement missionnaire de l’Église tout entière ».

La réussite de la préparation au Mois missionnaire extraordinaire repose sur quatre piliers : la rencontre personnelle avec le Christ par les multiples expressions de la foi; le témoignage des figures missionnaires de l'Église; la formation et l’approfondissement de notre connaissance de la Mission; et la pratique de la charité.

Il est de la responsabilité de l’Union pontificale missionnaire (UPM), l’une des quatre sociétés constituant les Œuvres pontificales missionnaires, d'amorcer et de promouvoir le Mois missionnaire extraordinaire. L’UPM fournira également un soutien en ressources aux évêques du monde entier. Bien que le Pape et l'UPM présideront certains événements publics, l’Église désire que chaque diocèse vive ce mois extraordinaire à sa façon.

« Nous souhaitons faire entendre, dans chaque pays, aux organisateurs de ce Mois missionnaire extraordinaire qu’ils peuvent adapter leurs méthodes en fonction de leurs besoins », déclare le père Fabrizio Meroni, secrétaire général de l’UPM. Nous ne ferons que leur offrir le matériel dont ils auront besoin pour inspirer, provoquer et stimuler la réflexion. »

Ce mandat – inspirer, provoquer et stimuler la réflexion sur l’appel à la Mission pour les catholiques – est au cœur du renouveau universel de l’Union pontificale missionnaire, qui a été particulièrement inactive au Canada au cours des 40 dernières années. En 2016, le Pape a clairement affirmé son intention de raviver l’Œuvre afin de redonner aux catholiques leur identité missionnaire. Cela est essentiel non seulement pour soutenir les diocèses du monde aux ressources limitées, mais également pour ranimer le sens du devoir chez les catholiques – ce qui pourrait être bénéfique aux jeunes générations, notamment au Canada.

« De bien des façons, nos jeunes ressentent le désir d'avoir un but à atteindre, une mission à accomplir, affirme le père Ouellet. Même si nombre d'entre eux se sont éloignés de la beauté, de la richesse et de la valeur de notre foi catholique, les jeunes demeurent attirés par le bien, le beau et le vrai. Cela me réjouit de savoir que nombreux sont ceux qui cherchent des moyens de rendre le monde meilleur. Nous devons donc trouver de nouvelles façons de les soutenir et les amener à s’engager. Cela constituera, à l’avenir, l’une des priorités de l’UPM au Canada. »

Parmi les autres points importants abordés lors de l’Assemblée générale, soulignons les appels au renouveau en matière de communication et de transparence, la coopération avec les Églises locales et le besoin de créativité, comprenant les médias sociaux et autres efforts consacrés au « continent numérique ».

Afin d’accueillir cette nouvelle ère de coopération et de communication, le cardinal Fernando Filoni, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, a initié une série de communications directes avec les évêques du monde entier et a demandé aux directeurs nationaux de poursuivre le dialogue.

À propos des OPM Canada

Les Œuvres pontificales missionnaires sont présentes dans quelque 120 pays sur les cinq continents et soutiennent les diocèses les plus pauvres du monde. Elles sont sous la responsabilité de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples (Vatican).

 

- 30 -

 

Pour des renseignements sur le Mois extraordinaire de la mission ou sur les Œuvres pontificales missionnaires, veuillez communiquer avec :

 

José I. Sierra

Œuvres pontificales missionnaires ― Secteur francophone au Canada

communications@opmcanada.ca

514 844-1929

 

Gabriel Brunet

Torchia Communications

gabriel@torchiacom.com

514 288-8290, poste 214

 

Photo: Gracieuseté de P. Orlando Camacho, c.s.Sp.

Ajouter un commentaire
Vendredi 29 Juin 2018 à 11:25
P. Yoland Ouellet, o.m.i, à Rome.

Le père Yoland Ouellet, o.m.i., directeur national des Œuvres pontificales missionnaires (OPM) au Canada francophone, a été nommé au comité international des OPM qui est chargé de se pencher sur les diverses questions en matière de collecte de fonds. Cette nomination s’est faite à Rome lors de l’Assemblée générale des OPM.

Le père Ouellet se joint donc à un groupe dans lequel siègent des membres des OPM en Suisse, en Espagne, aux Philippines et au Kenya, ainsi que deux des secrétaires généraux des OPM à Rome.

Le père Ouellet, qui occupe le poste de directeur national depuis deux ans, a été nommé pour une période de trois ans.

 

Ajouter un commentaire
Vendredi 1 Juin 2018 à 10:43

Le Synode pour l’Amazonie et le Mois missionnaire extraordinaire, événements qui seront célébrés tous deux en octobre 2019, vont de paire et constituent deux opportunités d’évangélisation pour mettre en pratique le rappel à « réhabiliter de manière évangélique la mission de l’Église dans le monde ». C’est ce qu’affirme le Message du pape François, qui a reçu en audience ce jour, 1er juin, les directeurs nationaux des Œuvres pontificales missionnaires, réunis pour leur Assemblée générale annuelle à Sacrofano (Rome) du 28 mai au 2 juin.

Le Pape souligne l’importance d’une authentique « conversion missionnaire ». C’est dans cet esprit qu’a été choisi le thème du Mois missionnaire extraordinaire d’octobre 2019 : « Baptisés et envoyés : l’Église du Christ en mission dans le monde ». Le thème rappelle que « l’envoi en mission est un appel inhérent au Baptême et qu’il concerne tous les baptisés », a déclaré le pape François. La coïncidence entre les deux événements – le Synode pour l’Amazonie et le Mois missionnaire extraordinaire – « nous aide à tenir notre regard fixé sur Jésus-Christ pour affronter problèmes, défis, richesses et pauvretés, qu’elle nous aide à renouveler l’engagement au service de l’Évangile pour le salut des hommes et des femmes qui vivent sur ces terres », peut-on lire dans le texte. « Prions afin que le Synode pour l’Amazonie puisse réhabiliter de manière évangélique la Mission y compris dans cette région du monde, particulièrement éprouvée, injustement exploitée et nécessitant du salut de Jésus-Christ », indique le Pape.

Voici quelques extraits du discours du Saint-Père :

Nous avons devant nous un chemin intéressant : la préparation du Mois missionnaire extraordinaire d’octobre 2019, que j’ai voulu proclamer lors de la Journée missionnaire mondiale de 2017. Je vous encourage vivement à vivre cette phase de préparation comme une importante opportunité pour renouveler l’engagement missionnaire de l’Église tout entière. Il s’agit également d’une occasion providentielle pour renouveler nos Œuvres pontificales missionnaires. Les choses doivent toujours se renouveler : le cœur, les œuvres, les organisations parce qu’autrement, nous finirons tous dans un musée. Nous devons renouveler pour ne pas finir dans un musée. Vous connaissez bien ma préoccupation concernant le danger que votre action se réduise à une simple dimension monétaire d’aide matérielle, vous transformant en une agence comme tant d’autres, même si elle devait être d’inspiration chrétienne. Ce n’est certainement pas ce que les fondateurs des Œuvres pontificales et le pape Pie XI désiraient lorsqu’ils les firent naître et les organisèrent au service du Successeur de Pierre. Dès lors, j’ai tenu à proposer à nouveau, comme actuelle et urgente pour le renouveau de la conscience missionnaire de toute l’Église aujourd’hui, une grande et courageuse intuition du pape Benoît XV, contenue dans sa lettre apostolique Maximum illud, à savoir la nécessité de réhabiliter de manière évangélique la Mission de l’Église dans le monde.

(...) Que peut signifier pour vous – Œuvres pontificales, qui, avec la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, préparez actuellement le Mois missionnaire extraordinaire –, se réhabiliter de manière évangélique ? Je crois que cela signifie tout simplement (réaliser) une conversion missionnaire. Nous avons besoin de nous réhabiliter – selon l’intuition de Benoît XV –, de nous réhabiliter à partir de la mission de Jésus, réhabiliter l’effort de collecte et de distribution des aides matérielles à la lumière de la Mission et de la formation que celle-ci demande, afin que la conscience et la responsabilité missionnaire recommencent à faire partie de la vie ordinaire de tout le saint peuple fidèle de Dieu.

« Baptisés et envoyés : l’Église du Christ en mission dans le monde » : tel est le thème que nous avons choisi pour le Mois missionnaire d’octobre 2019. Il souligne que l’envoi en mission est un appel inhérent au Baptême et qu’il concerne tous les Baptisés. Ainsi la Mission est-elle un envoi pour le salut qui opère la conversion de l’envoyé et du destinataire : notre vie est, dans le Christ, une mission ! Nous-mêmes nous sommes mission puisque nous sommes amour de Dieu communiqué, nous sommes sainteté de Dieu créée à son image. 

(...) Je vous demande de renouveler avec créativité la nature et l’action des Oeuvres pontificales missionnaires, en les mettant au service de la Mission, afin qu’au cœur de notre vie demeure la sainteté de la vie des disciples-missionnaires. En effet, pour pouvoir collaborer au salut du monde, il faut l’aimer (cf. Jn 3,16) et être disposés à donner la vie en servant le Christ, unique sauveur du monde. Nous n’avons pas un produit à vendre – ici, le prosélytisme ne rentre pas en compte; nous n’avons pas un produit à vendre – mais une vie à communiquer : Dieu, sa vie divine, son amour miséricordieux, sa sainteté! Et c’est l’Esprit Saint qui nous envoie, qui nous nous accompagne, qui nous inspire: c’est lui l’auteur de la Mission. C’est lui qui porte l’Église de l’avant, pas nous.

 

 

Photo: Vatican Media

Ajouter un commentaire

Pages