Pape aux chrétiens coréens : soyez « une force généreuse de renouveau spirituel »

François célèbre la messe à Séoul

À son arrivée à Séoul, le pape François n’avait pu mesurer l’enthousiasme et la joie des Coréens, heureux de l’accueillir. C’est chose faite depuis qu’il est arrivé à Daejon pour y célébrer la messe de l’Assomption dans le stade de football de la ville. L’ambiance à l’arrivée du Pape dans une papamobile « made in Korea », a été digne de celle d’un stade tant le bonheur des fidèles garnissant les tribunes et la pelouse était démonstratif.

Chauffés pendant trois quarts d’heure par la chanteuse pop In Sooni et la chanteuse d’opéra Jo Su-Mi, toutes deux très populaires en Corée, les cinquante mille personnes présentes ont crié « Viva il Papa », agitant des mouchoirs aux couleurs du Vatican, portant tous une visière blanche sur le front, pendant de longues minutes tandis que le Pape faisait le tour de la pelouse. Le calme et le recueillement sont vite revenus en attendant le retour du Pape de la sacristie.

 

En ce 15 août le Pape a célébré la première messe publique de son voyage apostolique. Dans son homélie, il a appelé les « chrétiens de cette nation » à « être une force généreuse de renouveau spirituel en chaque milieu de la société ».

Jeudi, en rencontrant les évêques coréens, le Pape avait déjà mis en garde contre le risque de se perdre dans une société sécularisée et matérialiste. L’avertissement lancé à l’épiscopat, François l’a renouvelé aux fidèles, les invitant à combattre « l’attrait du matérialisme qui étouffe les authentiques valeurs spirituelles et culturelles, ainsi que l’esprit de compétition débridée qui génère égoïsme et conflits. » Revenant sur un thème qui lui est cher et qui est universel, le Pape a également souhaité que les Coréens « rejettent les modèles économiques inhumains qui créent de nouvelles formes de pauvreté et marginalisent les travailleurs, ainsi que la culture de la mort qui dévalue l’image de Dieu, le Dieu de la vie, et viole la dignité de chaque homme, femme et enfant. »

 

La solitude des sociétés modernes

Dans un pays champion de la mondialisation, dont les produits sont connus de la plupart de tous en Occident comme en Orient, le Pape n’a pas hésité à pointer du doigt un système capitaliste coupable d’excès. Il n’a pas non plus hésité à défendre la valeur de la vie. Mais cette dénonciation, pour ne pas rester lettre morte, « demande pour chacun la nécessité d’une conversion renouvelée à la parole de Dieu et une vive sollicitude pour les pauvres, ceux qui sont dans le besoin et les personnes vulnérables au milieu de nous ».

C’est là tout le sens de la liberté que Dieu nous a donnée, « la vraie liberté qui se trouve dans notre accueil amoureux de la volonté du Père. De Marie, pleine de grâce, nous apprenons que la liberté chrétienne est quelque chose de plus que la simple libération du péché. C’est la liberté qui ouvre à une nouvelle façon spirituelle de considérer les réalités terrestres, la liberté d’aimer Dieu ainsi que nos frères et sœurs d’un cœur pur, et de vivre dans la joyeuse espérance de la venue du Règne du Christ. »

L’espérance, elle est indispensable dans nos sociétés développées. « Elle est l’antidote à l’esprit de désespoir qui semble croître, tel un cancer dans la société qui extérieurement est nantie mais qui souvent fait l’expérience de la tristesse intérieure et du vide. » Et le pape François de penser tout particulièrement aux jeunes, surtout dans un pays où la pression sociale sur les enfants et les adolescents est forte. « À combien de nos jeunes ce désespoir a fait payer son tribut ! Puissent-ils n’être jamais privés de leur espérance ».

 

La tragédie du Se-Wol

Environ une trentaine de membres des familles des victimes du naufrage du Se-Wol, ce transbordeur qui sombra au large de l’île de Jindo le 16 avril dernier, ont assisté à la messe. Une dizaine d’entre eux ont rencontré le Pape avant la messe. François a pu leur exprimer sa proximité et leur apporter sa consolation. L'un d'eux a demandé à être baptisé par le Pape qui a accepté et qui le fera samedi matin à la nonciature. Le Pape est revenu sur ce qui constitue un vrai drame national dans son message lu en anglais lors de l’angélus, à l’issue de la messe. « Nous lui confions spécialement tous ceux qui ont perdu la vie dans le naufrage du transbordeur Se-Wol, ainsi que ceux qui continuent d’être affectés par ce grand désastre national. Que ce tragique événement qui a rassemblé tous les Coréens dans le chagrin confirme leur engagement à œuvrer ensemble dans la solidarité pour le bien commun. » Le Pape a également une parole pour « ceux d’entre nous qui souffrent, en particulier les malades, les pauvres et ceux qui sont privés d’un travail digne », confirmant sa préoccupation pour les périphéries de nos sociétés.

Les dernières paroles du Pape dans cet angélus furent pour la Corée qui célèbre en ce 15 août sa libération des Japonais. « Nous demandons à Notre-Dame de veiller sur cette noble nation et sur ces citoyens. Et nous recommandons à sa protection tous les jeunes qui nous ont rejoints venant de toute l’Asie.  Puissent-ils être de joyeux hérauts de l’aube d’un monde de paix, selon le plan bienveillant de Dieu ! »

 

 

Source: Radio Vatican

Crédit photo: Reuters

Vidéo : KTO TV

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.