Historique de l'OPSPA

La naissance de l’œuvre de Saint-Pierre-Apôtre advient en France, à partir d’une suggestion du vicaire apostolique de Nagasaki, Mgr Cousin, des Missions étrangères de Paris. Il était convaincu de la nécessité d’un clergé local, à savoir des prêtres que l’on qualifiait alors de « prêtres indigènes ». Cette œuvre s’intéresse donc en particulier à une des nécessités les plus urgentes pour le progrès de l’évangélisation : l’éducation et la formation du clergé local par la construction et le soutien financier des séminaires dans les pays de mission.

Jeanne Bigard, fondatrice de l'OPSPA

Pour réaliser son projet de séminaire au Japon pour la formation spirituelle et théologique spécifique des prêtres japonais, Mgr Cousin s’adresse à Mlle Jeanne Bigard (1859-1934). Encouragée et guidée par sa mère Stéphanie, Jeanne se fixe comme objectif dans la vie la préparation au ministère sacerdotal des jeunes des Églises autochtones des pays de mission.

Après avoir apporté une importante aide économique pour la construction de l’église Saint-François-Xavier à Kyoto, à la mort de son père, Jeanne vend tout et se retire avec sa mère pour vivre dans deux misérables pièces afin de destiner tous ses biens aux Missions. Elle entretient une intense correspondance avec les missionnaires et répond promptement à la requête de Mgr Cousin, s’engageant à recueillir des fonds nécessaires pour son séminaire japonais.

Bien vite les projets deviennent tellement nombreux, certains sur de très longues périodes, que le besoin de créer une association s’impose. Naît alors, entre 1889 et 1896, ce qui deviendra par la suite l’Œuvre de Saint-Pierre-Apôtre. En 1894, elle lance le premier manifeste de l’Œuvre, destiné à tous les chrétiens, pour rappeler l’importance de cette aide au développement des Missions catholiques.

La date officielle de la fondation de l’Œuvre est 1889 à Caen (France). Le 3 mai 1922, le pape Pie XI déclare l’Œuvre de Saint-Pierre-Apôtre « pontificale ».