La famille, première école de communication

Une famille Philippine donne son témoignage au Pape, à Manilles.

Il n’existe pas de familles parfaites, mais il ne faut pas avoir peur de l’imperfection. C’est le pape François qui l’affirme dans un texte rendu public vendredi. C’est en effet à la famille qu’il a voulu consacrer son message annuel pour la Journée mondiale des communications sociales publié à la veille de la fête de saint François de Sales, patron des journalistes. (Texte intégral : Communiquer la famille : milieu privilégié de la rencontre dans la gratuité de l'amour)

 

Car, écrit-il, la famille est une école de communication et non pas un objet de batailles idéologiques. Le Saint-Père invite à ne pas craindre les conflits, mais à les affronter de manière constructive. C’est au sein de la famille, plus que partout ailleurs, qu’on découvre ses propres limites et celles des autres, ainsi que les problèmes petits et grands de la coexistence. La famille peut devenir une école de pardon. Un enfant qui apprend au sein de sa famille à écouter les autres, à parler avec respect, à exprimer son point de vue sans nier celui des autres deviendra un bâtisseur de dialogue et de réconciliation dans la société.

Le pape François invite à redécouvrir que la famille est toujours une grande ressource et pas un problème ou une institution en crise. Il regrette que les médias la présentent comme un modèle abstrait qu’il faut accepter ou refuser, défendre ou attaquer, comme une idéologie des uns contre les autres alors qu’il s’agit d’une réalité concrète qui doit être vécue. L’information est certes importante, reconnaît-il, mais elle ne suffit pas. Trop souvent elle simplifie, elle oppose les différences et renvoie dos à dos au lieu de proposer un regard d’ensemble.

Il faut réapprendre à raconter et pas seulement à produire et à consommer des informations. La communication doit donc devenir plus authentique et humaine. Le Souverain Pontife invite donc les journalistes à comprendre que les voix sont multiples et que chacune est irremplaçable, surtout dans une société marquée par les médisances, les bavardages et la zizanie. Le défi est de taille, car aujourd’hui les nouveaux médias occupent une place importante notamment auprès des plus jeunes. Ils peuvent entraver la communication s’ils deviennent un moyen de se soustraire à l’écoute des autres, de s’isoler, de combler tous les silences. Ils peuvent au contraire aider à renouer ou à garder des contacts, à remercier ou à demander pardon. D’où la nécessité d’orienter les nouvelles technologies plutôt que de se laisser guider par elles.

Quant aux familles, le pape François les exhorte à ne pas lutter pour défendre le passé mais à travailler, avec patience et confiance dans leurs milieux de vie, pour construire l’avenir. Après l’assemblée extraordinaire d’octobre dernier, un autre synode des évêques sera consacré à la famille en octobre prochain. C’est dire l’importance que le Souverain Pontife attache à cette thématique. 

Radio Vatican

Crédit photo: L'Osservatore Romano

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.