En 2019, on célébrera la Mission en grand

« Le mois d’octobre 2019 devrait aider l’ensemble du peuple de Dieu à renouveler sa conscience de la responsabilité baptismale en ce qui concerne la mission d’évangélisation du monde entier de l’Église ». C’est ce qu’y a conduit le secrétariat international de l’Union pontificale missionnaire à se voir reconnaître le rôle de « moteur et promoteur », consistant à être l’âme de la coordination entre les Œuvres pontificales missionnaires (OPM), la Congrégation pour l’évangélisation des peuples et l’Université pontificale urbanienne en ce qui concerne cette initiative ». C’est ce qu’a rappelé ce matin le père Fabrizio Meroni, PIME, secrétaire de l’Union pontificale missionnaire, directeur du CIAM et de l’Agence Fides, en ouvrant les travaux de la partie ordinaire de l’Assemblée générale des OPM, par une session dédiée au mois missionnaire d’octobre 2019.

Ce qui a été fait jusqu’à maintenant

Le père Meroni a retracé les étapes fondamentales du chemin jusqu’ici parcouru, depuis l’approbation de l’initiative de la part du pape François en passant par les différentes rencontres de préparation à différents niveaux, en soulignant les quatre dimensions qui devront caractériser le Mois missionnaire extraordinaire, indiquées par le Pape dans son discours aux directeurs nationaux des OPM du 3 juin 2017, à savoir la rencontre personnelle avec Jésus-Christ vivant dans son Église – Eucharistie, Parole de Dieu, prière personnelle et communautaire ; le témoignage de saints et de martyrs de la Mission, qu’ils soient ou non canonisés ; la formation biblique, catéchétique, spirituelle et théologique à la Mission ; la charité missionnaire caractérisée par l’engagement de tous à soutenir les coûts de l’annonce de l’Évangile et de la formation à la Foi et à la Mission, en particulier au sein des Églises les plus nécessiteuses.

Le dimanche 22 octobre 2017, Dimanche missionnaire mondial, le pape François a envoyé une lettre au cardinal Fernando Filoni, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, lui confiant « la mission de lancer la préparation de cet événement, en particulier au travers d’une vaste sensibilisation des Églises particulières, des instituts de vie consacrée, et des sociétés de vie apostolique, tout comme des associations, des mouvements, des communautés et autres réalités ecclésiales ». À l’Angélus de ce même dimanche, le Saint-Père a annoncé son intention de proclamer le Mois missionnaire extraordinaire en octobre 2019 pour célébrer le centenaire de la lettre apostolique Maximum illud du pape Benoît XV « afin de réveiller davantage la conscience de la missio ad gentes et de reprendre avec un nouvel élan la transformation missionnaire de la vie et de la pastorale ».

Initiatives et événements à l’échelle mondiale à venir

Le père Meroni a ensuite rappelé, entre autres initiatives, qu’est en voie de programmation un Congrès international théologique et missiologique promu par l’Université pontificale urbanienne, dédié au thème « Missio ad gentes : de la Maximum illud à l’Evangelii gaudium ». Par ailleurs, sur la base de la rencontre avec l’Union des supérieures et supérieurs généraux, a été prise en considération la possibilité de réfléchir ensemble sur le thème « Annonce, sacrement et témoignage dans le cadre de la Missio ad gentes ».

« Le rôle central de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples et des OPM dans cette phase préparatoire, a souligné le père Meroni, demande un travail collégial dont les directeurs nationaux des OPM représentent un élément important de médiation et de rencontre avec les Églises locales… Tout ce qui est fait, produit et indiqué par nous à Rome veut être un stimulus afin que les besoins locaux de la Mission constituent le contexte de toute activité du Mois missionnaire extraordinaire pour le bien de l’annonce de l’Évangile, de la célébration des sacrements et du témoignage chrétien ».

À en outre été entreprise la préparation d’un texte commun d’animation missionnaire pour octobre 2019, en se servant de contributions provenant du monde entier. Le texte en question sera publié en version papier et numérique, avec des textes en différentes langues en tant que matériel fondamental, de base, ayant pour but de stimuler la créativité ecclésiale locale.

« Outre le Congrès international promu par l’Université pontificale urbanienne, a poursuivi le père Meroni, nous étudions également la possibilité et l’opportunité d’événements de formation missionnaire, universitaire, ou ceux basés sur l’expérience pastorale à réaliser au niveau continental : deux en Afrique – un francophone, l’autre anglophone – et deux en Asie – un en Inde et l’autre dans la région Asie pacifique. Le 5e Congrès américain missionnaire (CAM 5), qui se tiendra en juillet prochain à Santa Cruz (Bolivie), représente cet effort de formation et de célébration en ce qui concerne « les Amériques » en vue du Mois missionnaire extraordinaire d’octobre 2019 et du Synode spécial sur l’évangélisation en Amazonie. En ce qui concerne l’Europe, nous estimons plus opportun que les Églises locales européennes, avec des disponibilités de ressources humaines et économiques, avec les directions nationales des OPM, pensent à des formes propres en vue de la réflexion théologique et de la formation missionnaire, relatives à la missio ad gentes ».

Enfin, pour ce qui est de la charité missionnaire, il a été demandé au Comité de collecte de fonds des Œuvres pontificales missionnaires et à certaines directions nationales de contribuer au travers d’une réflexion portant sur la collecte de fonds, la missio ad gentes et les Églises locales. « Repenser la dimension économique et matérielle des Œuvres, en l’enracinant dans la mission d’annoncer l’Évangile et édifier l’Église sera par suite de grande utilité pour tous », a conclu le père Meroni.

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.