Actualité

Mercredi 24 Juillet 2013 à 12:29
Lancement de 28e JMJ Rio 2013 sur la plage de Copacabana.

Les JMJ sont officiellement lancées et retrouvent le continent sud-américain après 26 ans. En 1987, la première édition internationale des Journées mondiales de la jeunesse a eu lieu en Argentine à Buenos Aires, la ville de l’actuel Pape. Sur la plage de Copacabana, la messe d’ouverture a été célébrée par Mgr Orani João Tempesta. Une célébration festive dont les chants ont retenti dans la nuit brésilienne. L’archevêque de Rio de Janeiro a évoqué les jeunes « persécutés, marginalisés, dépendants », ceux victimes d’injustice, mais aussi le décès dans un accident de bus en Guyane française, une semaine plus tôt, d’une jeune parisienne devant participer aux JMJ.

Suivre le Christ en disciple

Un podium installé sur la mythique plage de Copacabana a vu défiler toute l’après-midi de mardi des groupes de chanteurs qui ont entretenu la ferveur des jeunes pèlerins qui n’ont cessé d’affluer jusqu’à la nuit tombée. Une heure avant le début de la messe, des dizaines d’évêques sont entrés en procession, avant l’arrivée de la croix des JMJ, portée par des jeunes. Malgré la pluie et le vent, ils étaient entre 500 et 600 000 à écouter l’homélie du prélat brésilien marquant le lancement officiel d’un évènement que tous attendaient et préparaient depuis des mois. Il les a invités à vivre en disciples du Christ pour vivre l’enthousiasme missionnaire, et à leur tour, aller faire d’autres disciples. Pendant une semaine, leur a-t-il dit, Rio est le centre de l’Église, vivante et jeune. Toutes les routes convergent vers Rio. C’est ici que les pèlerins puiseront la force et la joie d’être disciple du Christ et pourront devenir des missionnaires pour toutes les nations.

La jeunesse est la réponse à la crise de nos sociétés

C’est un message d’espoir que Mgr Tempesta a délivré à la jeunesse massée sur la plage. Face à lui, ces dizaines de milliers de jeunes provenant des quatre coins du monde et faisant flotter au vent les drapeaux géants de leurs nations d’origine. La démonstration de l’Église vivante et universelle transcendant les peuples, les cultures et les langues.

« Le visage des jeunes chrétiens est celui qui unit le témoignage d’une authentique vie chrétienne avec la dimension sociale de l’Évangile », a déclaré l’archevêque de Rio. Un écho au premier discours du pape François aux autorités brésiliennes qui insistait sur l’importance de valeurs spirituelles et humaines pour surmonter la crise qui frappe de plein fouet la jeunesse. Il a exhorté les jeunes à « construire des ponts à la place des murs », pour surmonter « barrières et injustices ».

Des mots d’espoir pour la société dans son ensemble :

« Chers jeunes, vous êtes le cadeau d'espoir pour une société qui attend une solution à sa crise de valeurs. Vous êtes appelés à former une nouvelle génération qui vit la foi et la transmettra à la prochaine génération. Nous sommes invités à une expérience de foi et nous en sortirons renouvelés. Être impliqué dans la communauté, avec enthousiasme, sera l'occasion, vivant avec nos frères et sœurs, de témoigner qu'un autre monde est possible. Nous avons beaucoup d'obstacles et d’injustices à surmonter. Nous pouvons construire des ponts plutôt que des murs et des barrières. Grâce à vous, qui êtes ici, à Rio, le monde a besoin du témoignage de la solidarité, du partage et de l'amour du Christ rédempteur. Il est temps de réveiller la confiance et l'espoir pour qu'ils se transforment en actions concrètes pour un avenir de lumière. »

« Allez, de toutes les nations faites des disciples »

Le thème des JMJ était évidemment au cœur de cette célébration. Mgr Tempesta a insisté sur l’importance de cet évènement qui se trouve au cœur de l’Année de la Foi. Cette opportunité doit être un temps propice pour la confirmation des engagements pris devant la communauté chrétienne. Nous sommes appelés à vivre profondément notre foi en ce moment historique et particulier, marqué par tant de questions et un bouleversement sans précédent qui caractérise nos sociétés. Mais toujours avec l'enthousiasme et la cohérence de ceux qui se laissent guider par l'Esprit Saint. La boussole dans cette mer agitée est le Christ. Le Christ rédempteur symbole de la ville de Rio qu’il embrasse de ses bras ouverts comme il accueille les pèlerins qui y ont afflué en masse.
« Allez par les villes, témoignez de Jésus-Christ, engagez-vous pour un monde nouveau, contaminez tous de la joie et de la paix du Christ, soyez des sentinelles du matin, travaillant pour le renouvellement du monde à la lumière du plan de Dieu ! Nous vivons cet intense moment de pèlerinage que parce que Jésus-Christ est vivant parmi nous, nous donne son Esprit Saint, et nous sommes appelés à vivre cette réalité et à la transmettre à d'autres personnes d'une manière qui soit accessible et compréhensible. Jésus-Christ est toujours présent, surtout pour les jeunes qui cherchent la vérité, la justice et la paix - et ils ne peuvent la trouver que dans Jésus-Christ. »

Mgr Tempesta a invité les jeunes à suivre le « premier pèlerin », le pape François. « Il nous indiquera le chemin pendant ces jours-ci » leur a-t-il lancé. Il le fera sur la plage de Copacabana dès jeudi. Trois des cinq principales célébrations des JMJ vont en effet s’y dérouler. Elle sera le théâtre de la fête d’accueil des jeunes, présidée par le Pape, sous forme de liturgie de la Parole, le 25 juillet. Enfin, le lendemain soir, le Pape participera au Chemin de croix de près d’une heure et quart qui se déroulera près de la plage.

 

Radio Vatican

InterMirifica.net

Ajouter un commentaire
Mardi 23 Juillet 2013 à 11:27
Pape François accueilli à Rio pour la JMJ 2013

Une semaine pour rencontrer les jeunes dans leur tissu social en la journée mondiale qui s’ouvre à Rio de Janeiro. C’est ainsi que le pape François a décrit son premier voyage international – après celui à Lampedusa, éloquent pèlerinage dans l’une des « périphéries » de notre temps – lors de la rencontre avec les journalistes tandis que l’avion pontifical survolait le Sahara.

Un voyage providentiel

C’est un voyage que l’Évêque de Rome pour la première fois originaire du continent américain – le « Nouveau monde », au-delà des mythiques « colonnes d’Hercule » qui marquaient la limite des terres connues jusqu’au début de l’époque moderne – n’a pas programmé, mais qui lui a permis de retourner dans la « bien-aimée Amérique latine ».

Ce fut en effet Benoît XVI qui choisit Rio pour la journée de la jeunesse, sans savoir que c’est de cette région du monde que viendrait son successeur. Et le premier pape américain et latino-américain a voulu souligner cette dimension providentielle dans les premières paroles prononcées dans un pays immense, où les catholiques sont très nombreux, et dans une ville qui l’a accueilli avec un enthousiasme littéralement bouleversant.

L’affection du Pape

Salué par la présidente Dilma Rousseff dans un discours passionné – et plusieurs fois applaudi par le pape François lui-même – le Successeur de Pierre s’était laissé longuement embrasser par la chaleur exubérante et cordiale de la métropole carioca. Puis, dans son discours, il a rendu cette chaleur avec des paroles touchantes : « En ce moment les bras du Pape s’ouvrent pour embrasser toute la nation brésilienne », pour que « personne ne se sente exclu de l’affection du Pape ».

Pour une culture de l’inclusion et la rencontre

Dans l’avion, avant de rencontrer individuellement tous les journalistes, le Pape François a parlé avec eux surtout des jeunes, rendant compte en quelques mots d’une réalité existentielle qu’il connaît depuis des décennies. Lorsque nous les isolons – a-t-il dit avec acuité – nous commettons une injustice parce qu’ils ont une appartenance, un tissu social dont font partie intégrante également les personnes âgées : elles aussi, comme les jeunes, sont l’avenir d’un peuple parce qu’elles en constituent la mémoire. Il faut donc repousser une mentalité qui exclut, pour construire une culture de l’inclusion et de la rencontre.

À Rio, toute l’Église est représentée

À Rio, plusieurs centaines de milliers de jeunes sont arrivés de toutes les régions du monde pour ce rendez-vous, qui commence avec la messe présidée par l’archevêque (de la ville : NDLR) et auquel le Pape prendra part comme l’ont fait ses prédécesseurs au cours des trente dernières années. Avec un prologue significatif préannoncé par la prière devant l’icône de la Salus populi Romani de Sainte-Marie-Majeure (à Rome) : la prière à Marie au sanctuaire d’Aparecida, où il y a six ans s’est déroulée la Ve Conférence générale de l’épiscopat latino-américain et des Caraïbes.

« J’apporte ce qui m’a été donné de plus précieux »

Aux Brésiliens, le Successeur de l’apôtre Pierre s’est présenté avec ses paroles, en demandant la permission de frapper à la porte du cœur de la Nation : « Je n’ai ni or ni argent, mais j’apporte ce qui m’a été donné de plus précieux : Jésus Christ ! ». Ainsi l’Évêque de Rome est-il allé à l’essentiel, lui qui veut seulement « confirmer ses frères dans la foi ». Et rencontrer des jeunes qui, « attirés par les bras ouverts du Christ rédempteur » symbole de Rio de Janeiro, « veulent trouver refuge dans son accolade, tout près de son cœur, écouter à nouveau son appel clair et puissant : Allez !  De toutes les nations faites des disciples ».

 

 

L’Osservatore Romano

Crédit photo: JMJ Rio 2013 / Elisa Pires

Ajouter un commentaire
Jeudi 18 Juillet 2013 à 16:13
Conférence de presse CAM4-COMLA9

La Salle-de-Presse du Saint-Siège via son service d’information (VIS), annonce officiellement le IVe Congrès missionnaire de l’Amérique (le CAM4-COMLA9).

La Conférence épiscopale vénézuélienne et les Œuvres pontificales missionnaires du diocèse de Maracaibo organisent du 26 novembre au 1er décembre dans cette ville, le IVe Congrès missionnaire de l’Amérique (le IXe latino-américain).

Les 4000 participants se pencheront sur ce que signifie être des disciples du Christ et des missionnaires américains dans un monde pluriculturel et sécularisé.

Ce type de manifestation offre aux forces missionnaires du continent un espace de partage, d'approfondissement et de réflexion sur la spiritualité et l'action missionnaires. Les Églises d'Amérique ont effectivement besoin de renouveler la Mission tant dans leur espace qu'au-delà de leurs frontières géographiques, culturelles et confessionnelles.

L'organisation des congrès fait en sorte que les participants débattent de sujets comme la vocation, la conversion, la sécularisation, la pluriculture ou la mission ad gentes.

Sous le slogan « Amérique missionnaire, partage ta foi », 22 tables rondes autour d'experts on été organisées, consacrées à l'Enfance missionnaire; le sujet et l'avenir de la Mission; le défi de la culture de jeunes dans la Mission; l'inculturation liturgique; l'évangélisation des idées politiques; la protection de l'environnement; l'enjeu missionnaire de la migration; la centralité de la Parole dans la Mission; le dialogue avec les non-croyants; l'annonce de Jésus-Christ aux Afro-Américains et aux indigènes; la religiosité populaire; l'évangélisation des cultures urbaines; mission et œcuménisme.

Par ailleurs, le 11 juillet dernier depuis le siège de la Conférence épiscopale du Venezuela, à Caracas, Mgr Ubaldo Santana, archevêque du diocèse de Maracaibo et président du CAM4 – COMLA9, et le père Andrea Bignotti, i.m.c., directeur national des OPM au Venezuela et secrétaire général du congrès, ont donné une conférence de presse nationale où ils ont révélé les détails de ce congrès de grande envergure en faveur de l’animation missionnaire de l’Église au Venezuela et en Amérique.

Le père Bignotti a souligné que la journée de travail pendant le déroulement du Congrés débutera le 27 novembre au Palacio de los Eventos de Maracaibo, complexe où se dérouleront toutes les conférences du Congrès. Les conférences seront discernées davantage en après-midi, par le moyen de forums thématiques qui seront menés par des personnes spécialisées dans un domaine en lien avec le thème proposé du forum. C’est de là que sortiront les conclusions qui mettront en évidence l’ensemble de réflexions et mises en commun au service de la conversion pastorale. L’objectif de cet exercice est de permettre de réorienter les plans et les options pastorales de chacun en partant d’une spiritualité missionnaire plus forte.

La messe d’ouverture, a précisé Mgr Santana, aura lieu aux pieds de la basilique de Maracaibo, à la place de l’église de Nuestra Señora de Chiquinquirá (Notre-Dame de Chiquinquirá). Toujours selon l’archevêque, la célébration sera ouverte au public et sera présidée par un délégué officiel du Pape, dans une ambiance profonde d’amour marial où les prières de l’Amérique s’uniront afin d’assurer le succès de cette rencontre.

Sur la photo (de gauche à droite), le père Andrea Bignotti, i.m.c., et Mgr Ubaldo Santana, archevêque de Maracaibo / Crédit photo: OMP Venezuela

Sources:

Vatican Information Service (VIS) 

OPM Venezuela

Ajouter un commentaire
Mardi 16 Juillet 2013 à 12:15
Début de la Semaine missionnaire, JMJ Rio 2013

C’est le 16 juillet qu'a commencé la Semaine missionnaire dans la plupart des diocèses du Brésil, en préparation à la Journée mondiale de la jeunesse (JMJ) qui aura lieu du 23 au 28 juillet sous le thème: « Allez ! de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19). Cette Semaine missionnaire – connue aussi comme « les journées en diocèse » – se prolongera jusqu’au 21 juillet, date où les pèlerins se dirigeront vers Rio de Janeiro afin de participer aux activités principales de la JMJ. L’idée de cette pré-journée ou Semaine missionnaire a surgi à la JMJ de Paris, en 1997. À l’époque, l’objectif était de donner aux jeunes la possibilité de connaître un peu plus les Églises locales.

Délégations missionnaires

Des délégations de Juventud Misionera (jeunesse missionnaire) liées aux Œuvres pontificales missionnaires (OPM) de divers pays (Chili, Uruguay, Paraguay, Bolivie, Venezuela, Espagne ainsi que de l’Angola et d’autres pays africains) sont arrivées à la ville de São Gonçalo (de l’autre côté de Rio, donnant sur la baie de Guanabara). Les jeunes de Juventud Misionera furent accueillis par des familles des paroisses Sagrado Coraçao (Sacré-Cœur), dans le quartier Mutondo, et de Nossa Senhora do Amparo (Notre-Dame du Refuge), dans le quartier Antonina.

Activités au « siège missionnaire » des OPM

Pendant la célébration de la JMJ Rio 2013, du 23 au 26 juillet, les Œuvres pontificales missionnaires auront un siège missionnaire au Museu Solar do Jambeiro, dans la ville de Niterói (Rio de Janeiro). Une programmation spéciale est prévue où il y aura une Rencontre internationale de Juventud Misionera, le 23 juillet; les expositions « María Madre de todos los pueblos » (Marie, mère de tous les peuples) et « Por una Iglesia Misionera (Pour une Église missionnaire); l’Adoration eucharistique et spirituelle missionnaire (pendant la JMJ). Cette activité constitue un espace où l’on pourra prier pour tous les peuples du monde, pour les missionnaires et pour l’action missionnaire par Jésus-Sacramenté.

L’exposition Pour une Église missionnaire sera également installée à Boa Viagem (à Niterói) tout au long de la JMJ. Avec bannières, objets et par d’autres moyens, elle présentera quelques activités des OPM dans les cinq continents. Il y aura également des représentations culturelles de la part de quelques pays.  

Rappelons que les OPM seront aussi présentes dans la Foire vocationnelle des JMJ Rio 2013 qui rassemblera quelque 100 exposants à la Quinta da Boa Vista.

Source: OPM Argentine

Ajouter un commentaire

Pages